31 mai 2017

Plutôt BAB que BAM, donc.

Ce moment où, d'un coup, toute la vacuité de ce qui me compose apparaît.
Le talent, la beauté, la douceur, le rire cristallin et les cheveux au vent. Les petites attentions, les mots doux, les caresses, les soirées agréables sur l'herbe, à discuter le sourire aux lèvres. Ces petites choses qui font leur charme. Ces petites choses qui les rendent désirables et désirées.

Il me reste la violence de la passion et la folie d'un caractère entier et intenable. Il me reste les nuits et les aubes, ces moments qu'on peut décemment laisser à celles de passage, qui profitent de vos draps mais jamais de vos bras. Il me reste les destinations lointaines et la solitude des jungles. Il me reste les heures volées et l'attente. Il me reste ce que je n'ai jamais souhaité devenir. 

"To live with me is to live in terror. Anytime I could blow up or collapse, like a dead star."

Aucun commentaire: